Le projet

Le Grand Théâtre

En 1963, les premiers ministres Jean Lesage et Lester B. Pearson prennent la décision d'offrir un legs visionnaire du centenaire de la Confédération à l'intention des citoyens de Québec et de sa région.

Projet lauréat d’un concours national d’architecture en 1964, le Grand Théâtre de Québec, conçu et réalisé par l’architecte québécois Victor Prus, voit le jour en janvier 1971.

Plus de quatre décennies après l'inauguration de cet édifice emblématique de la ville de Québec, caractéristique d'un mouvement architectural ayant recours massivement à des matières brutes, notamment le béton, le Grand Théâtre a maintenant grand besoin de revitalisation.

test

L’œuvre du temps

À l’époque de la construction du Grand Théâtre, le béton était considéré comme extrêmement durable, tout en se prêtant à la réalisation de formes géométriques complexes. En raison de ces caractéristiques exceptionnelles, le béton a abondamment été utilisé comme revêtement extérieur. Des murs en béton préfabriqué de formes variées sont apparus, offrant une qualité de finition supérieure et une plus grande rapidité d’exécution.

L’épreuve du temps a cependant révélé que la durabilité de cette matière à long terme était affectée lorsqu’exposée aux intempéries en raison de sa porosité, des réactions chimiques entre les agrégats qu’il contient, de la fissuration due au retrait, de la conductivité thermique et de la protection limitée des armatures contre la corrosion.

Il en résulte que les composantes de béton préfabriqué du Grand Théâtre se désagrègent de manière constante, récurrente et que le phénomène est progressif dans le temps. Les infiltrations d'eau, par les microfissures, provoquent l’éclatement du béton et des fragments se détachent du bâtiment.

Depuis quelques années, le Grand Théâtre constate cette dégradation. Afin d'éviter de menacer la sécurité du public et celle des citoyens circulant quotidiennement dans le carrefour achalandé entourant le bâtiment, le Grand Théâtre a été proactif en réalisant des travaux d'entretien préventifs et en prenant les mesures nécessaires pour sécuriser les lieux. Plusieurs mesures concrètes ont été mises en place en ce sens sur recommandations d'experts : des filets de protection aux quatre coins du bâtiment, des arches en acier protégeant les sorties de secours et une barrière végétale tout autour de l'édifice servant de trajet naturel sécuritaire pour le public ont été installés. Malgré ces travaux, les experts confirment que seule une intervention majeure peut régler de façon définitive ce problème.

En plus, avec la réalisation récente du projet de mise en lumière du complexe architectural, le Grand Théâtre a clairement manifesté sa volonté de protéger et mettre en valeur l’architecture de ce bâtiment qui fait partie du paysage urbain de la ville de Québec. Il va sans dire que ce projet de réfection des murs extérieurs s’inscrit dans cette vision.

GTQ

Photo : André Kedl

Une problématique particulière

Dans le contexte décrit précédemment, comment sécuriser l'édifice tout en poursuivant la mise en valeur de l’architecture du bâtiment? Comment le faire à l’intérieur d’une enveloppe budgétaire restreinte, sans interrompre les opérations quotidiennes du Grand Théâtre, tout en préservant la sécurité du public?

C’est avec ces contraintes majeures que le Grand Théâtre de Québec a invité les firmes spécialisées à proposer leurs solutions. De l’appel d’offres diffusé en 2014, cinq firmes ont répondu à l’appel de qualification, quatre d’entre elles se sont qualifiées, deux équipes se sont retirées et deux autres ont déposé des propositions. Un jury d’architectes experts indépendants ainsi qu’un comité d’experts techniques ont analysé les propositions et formulé leurs recommandations au conseil d’administration du Grand Théâtre de Québec. La proposition de l’entreprise Pomerleau a été retenue.

Une solution complète

Le proposition architecturale et technique retenue permet de répondre adéquatement et efficacement à tous les éléments de la problématique. Elle est le résultat d'un long processus, où les meilleures compétences en architecture et en génie ont été mises à contribution.

La solution consiste à construire une façade vitrée à environ deux mètres du revêtement de béton, sur tout le périmètre du bâtiment. En plus de respecter et de protéger l'aspect et le caractère unique de l'édifice, tout en lui procurant un look moderne et contemporain, cette solution est conforme sur le plan technique et sur le plan architectural, en plus d'être la mieux adaptée et la plus économique des deux propositions reçues. Ainsi, le concept retenu sécurise totalement les lieux. Les matériaux utilisés ont une espérance de vie minimale de 50 ans. De plus, les travaux ne nuiront pas aux opérations du Grand Théâtre et n’altéreront d’aucune façon la murale de Jordi Bonet. 

Le budget du projet

Le budget global du projet est de 30,3 millions de dollars. Ce montant est entièrement financé par le gouvernement du Québec. L’entente « clés en main » élimine les risques de dépassements de coûts potentiels et un comité de direction du projet supervisera tout le déroulement des travaux. La gestion de projet est assurée par la Société québécoise des infrastructures (SQI).

Un chantier majeur

La réfection du Grand Théâtre de Québec est un projet majeur dont les travaux s’étendront du printemps 2017 à l'automne 2018 et ne seront pas sans modifier l’environnement immédiat de l'institution. Cependant,  le Grand Théâtre maintiendra toutes ses opérations quotidiennes et aucun spectacle ne sera annulé en raison du chantier. Le respect de cette condition était essentiel dans le choix de la solution.

Évidemment, les habitudes des personnes qui assisteront aux spectacles ainsi que la circulation autour du bâtiment seront modifiées. Les clients seront avisés de tout changement quant à l'accessibilité et la section Info-Travaux du site Web du Grand Théâtre sera constamment mise à jour. Une signalisation claire et sans équivoque sera aussi déployée sur place. Tout sera mis en œuvre afin que l’expérience client ne soit d’aucune façon altérée.

Un nouveau Grand Théâtre

C’est donc à l'automne 2018 que les Québécois découvriront leur « nouveau » Grand Théâtre. L’enveloppe de verre lui conférera un style différent et moderne tout en préservant son architecture, en sécurisant le bâtiment, assurant ainsi la sécurité du public et sa pérennité. 

GTQ